•  

    Salon Pouchkine

    10 place de l’Horloge

    14200 HEROUVILLE SAINT-CLAIR 

    Samedi 12 mai 2012, à 15 heures

     


    André Markowicz est venu au Salon Pouchkine pour parler deson dernier livre, Le soleil d'Alexandre, qui présente le destin de lagénération de Pouchkine à travers sa poésie lyrique - mais Pouchkine, c'estd'abord son roman en vers, Eugène Onéguine. Cette fois, pour en lire desextraits, il viendra avec la personne qui lui a transmis son amour pour ceroman, et pour la langue russe, sa mère - qui les dira en russe : elle lesconnait par cœur.

     

    Réservation indispensable au 02 31 44 42 25


  • C'est avec plaisir que je vous fait parvenir cette information et serai heureuse de partager ce concert avec vous. Claudy NICOL


    L’Orchestre d’Harmonie d’Évreux a le plaisir de vous inviter à son concert de printemps dimanche 15 avril 2012 à 17 heures au Cadran d’Évreux.

    Le Chef et Directeur artistique Thierry Patel sera une nouvelle fois le maître de cérémonie et dirigera les 70 musiciens de l’orchestre à vents et à percussions avec un nouveau voyage musical cette fois à Cuba avec un "Mambo Jambo" de Perez Prado puis en Irlande avec "At Kitty O'Shea's" de Johan de Meij.

    Transporté par mer, le voyage se terminera par le spectaculaire naufrage du paquebot transatlantique britannique le Titanic avec "The Titanic saga" de Piet Swerts, l'une des pièces maîtresses de ce concert.

    Enfin pour apaiser les esprits quelques musiques de célèbres dessins animés bien connus de tous grâce à "Cartoon Capers" de Stephen Bulla seront offertes au public Ébroïcien.

    En complément de cette diversité musicale, l'OHÉ aura le plaisir de vous présenter comme invité d'honneur à ce concert, le Quatuor de percussions de Normandie qui ne manquera pas de démontrer les possibilités impressionnantes de cette grande famille d'instruments.

    Ce concert est gratuit. Nous vous conseillons d'arriver au minimum 30 minutes avant le début du concert pour la garantie d'une place dans la grande salle du Cadran.

    Retrouvez-nous sur
    www.ohevreux.com


    Images intégrées 6




    --
    Orchestre d'harmonie d'Évreux
    12 ter rue Jean Jaurès
    27000 ÉVREUX
    Tél : 06.80.54.18.81
    Mél :
    ohe.evreux@gmail.com
    Site : www.ohevreux.com


  • Affiche Pippo CAFARELLA

    Chers amis

    Nous avons le plaisir de retrouver Pippo Cafarella , poète et peintre

     le 30 mars prochain 20H15 EVREUX salle Jules Janin- ENTREE LIBRE
     

    Pour une soirée exceptionnelle de Rencontre Lecture et projection de ses oeuvres et d'images de ses lieux de vie
    Ne manquez pas ce grand rendez vous.

     Merci de diffuser largement cette invitation.

    Martial Maynadier Animateur du PARC


  •  

    BALLETS MOROSHKA DECEMBRE 2012

    Bon de réservation pour Paris (diner-spectacle ou spectacle seul)

     BALLETS MOROSHKA reservations

    Bon de réservation pour EVREUX (spectacle seul)

     Ballets MOROSHKA evreux


  •      Le 7 Mars Prochain sortira en salle le dernier film d'Abdrei Zviatguintsev primé au festival de cannes dans la catégorie un certain regard:

    ELENA

    Elena et Vladimir forment un couple d’un certain âge. Ils sont issus de milieux sociaux différents. Vladimir est un homme riche et froid, Elena une femme modeste et docile. Ils se sont rencontrés tard dans la vie et chacun a un enfant d’un précédent mariage. Le fils d’Elena, au chômage, ne parvient pas à subvenir aux besoins de sa propre famille et demande sans cesse de l’argent à sa mère. La fille de Vladimir est une jeune femme négligente, un peu bohème, qui maintient son père à distance. Suite à un malaise cardiaque, Vladimir est hospitalisé. A la clinique, il réalise qu’il pourrait mourir prochainement. Un moment bref mais tendre, partagé avec sa fille le conduit à une décision importante : c’est elle qui héritera de toute sa fortune. De retour à la maison, Vladimir l’annonce à Elena. Celle-ci voit soudain s’effondrer tout espoir d’aider financièrement son fils. La femme au foyer timide et soumise élabore alors un plan pour offrir à son fils et ses petits-enfants une vraie chance dans la vie.

    ELENA de Zviatguintsev sortie en salle le 7 Mars 2012

    MERE RUSSIE

    Andrei Zviagintsev s’était fait remarquer avec son premier film, Le Retour, qui avait remporté le lion d’or à Venise, puis avec Le Bannissement, présenté à Cannes en compétition (et qui avait d’ailleurs remporté un surprenant prix d’interprétation). Le réalisateur russe revient cette année à Un certain regard. Loin d’être une rétrogradation, c’est une place qui correspond mieux au film car celui-ci, s’il était assez bon pour aller en compétition (là n’est pas la question) est tout simplement un projet mois ambitieux, plus humble que ses films précédents. Mais pas moins réussi. Exit l’impressionnant formalisme plastique, et exit les récits à la simplicité et au symbolisme proches du mythe. Elena, qui raconte l’histoire d’une femme modeste courant après l’héritage de son mari, appartient en effet à une famille de cinéma bien différente : celle du drame social le plus concret. Ce qui ne veut pas dire qu’il se limite aux strictes frontières du genre, car il aborde son récit sous l’angle surprenant du suspens. L’héroïne court, ment, panique et nous avec, sur une musique entêtante de Philip Glass, à mi-chemin entre celles de Psychose et des Dents de la mer. Associée à des enjeux sociaux lourds, et à un rythme auquel le réalisateur nous avait tout sauf habitué, cette urgence n’est pas sans rappeler le compte à rebours angoissant de 4 mois, 3 semaines, 2 jours.

    Mais l’autre bonne surprise du film est d’être moralement bien plus ambigu. Elena a-t-elle raison de vouloir voler son mari pour sauver son fils ? S’agit-t-il d’une sainte ou de la dernière des garces égoïstes ? Les questions sont posées via un habile scénario non dénué d’ironie. Cette situation peut s’interpréter comme une métaphore de la situation économique actuelle du pays, où Mère Russie volerait ses enfants pour en nourrir d’autres. C’est d’ailleurs la direction que prend peu à peu le film, à l’image de ces scènes montrant des corps d’ados laissés à l’abandon dans des fossés tandis qu’Elena trinque à la vodka. Dernier atout de taille, et non des moindres, l’interprète principale, Nadezhda Markina, est excellente et impressionnante dans sa capacité à porter en permanence l’ambiguïté du scénario sur son visage. Longtemps applaudi lors de sa présentation, le film a par ailleurs reçu le fort mérité Prix spécial du jury Un Certain Regard.

     

     


  • Exposition : Les archives russes au musée de la préfecture de police

    Le musée de la préfecture de police prolonge jusqu’au 31 mars 2012 son exposition sur "Les archives russes", rétrospective d’environ un siècle et demi de relations franco-russes, à travers des pièces d'archives, des affiches et documents originaux.

    Photo : Archives franco-russes

    Le service de la mémoire et des affaires culturelles (SMAC) de la préfecture de police vous propose la découverte de diverses pièces, documents, rapports, affiches et objets consacrés à l’histoire des Russes vivant à Paris, ainsi qu’aux relations entre la France et la Russie, soit environ un siècle et demi de relations franco-russes.

    L’objectif consiste, à travers ce panorama traversant à la fois les siècles mais aussi différents types d’archives et de documents, à donner aux chercheurs mais aussi aux curieux, un aperçu vivant et varié des riches collections de documents conservées dans le patrimoine de la préfecture de police.

    Le fil conducteur de l’exposition, chronologique, commence avec l’entrée dans Paris du tsar Alexandre Ier le 31 mars 1814, pour s’achever avec la visite officielle de Leonid Brejnev en octobre 1971. Une grande partie de l’exposition présentera par ailleurs des documents originaux concernant des personnalités politiques comme Trotski, ou encore différents artistes ayant choisi la France comme terre d’accueil.

    L’exposition ne se limite pas aux fonds spécifiques des archives historiques conservées au sein du SMAC mais a aussi été enrichie de prêts d’objets et de documents provenant de collections privées.

    Infos pratiques

    Musée de la préfecture de police
    Hôtel de police du Ve arrondissement
    4, rue de la Montagne Sainte-Geneviève
    75005 Paris
    Exposition « Les archives russes », jusqu’au 31 mars 2012
    Espace d’exposition temporaire – 2e étage
    Ouvert du lundi au vendredi de 9h à 17h30 et le samedi de 10h30 à 17h30 (entrée libre).


  • PALETTES DE FEMMES

    ET NADIEJDA NIOULY INVITÉE D'HONNEUR

    VOUS CONVIENT AU VERNISSAGE DE LEUR EXPOSITION A LA CHAPELLE DU CARMEL

    VENDREDI 2 MARS 2012 A PARTIR DE 18H30

    EXPOSITION DU 2 AU 11 MARS 2012 DE 14H-13H à 18h30 tous les jours.

    Rue Robert Pinchon à BOIS GUILLAUME


  • RECITAL - ANNA MARKOVA les 10et 11 Mars 2012 à Hérouville Saint-Clair

      

    Nous vous informons qu'aura lieu le 10 et le 11 mars, à 15h, au Salon « POUCHKINE »

     


    le récital d'une jeune pianiste, originaire de Saint-Pétersbourg,

    Anna MARKOVA,

    qui présentera son programme de musique romantique.

     


    Anna est née en 1990, au piano depuis l'âge de 5 ans. Après 10 ans d'études dans une école de musique spécialisée, elle est devenue d'abord étudiante du Conservatoire d'Etat (Saint-Pétersbourg), ensuite a poursuivi ses études à Zurich, à Zurcher Hochschule der Kunste.

    En peu de temps, elle a réussi à collaborer avec l' Orchestre «Carmina Oartett » (Suisse) ainsi qu' à donner des concerts en Russie, Allemagne, Finlande, Suisse, France et Italie...

    Au programme:

    Beethoven Sonata № 30

    Schumann Fantasiestucken op.12

    Chopin Fantasia f-moll

    Skryabin Preludie et Nocturne pour la main gauche

     


    Entrée: 15 Euros. Le concert sera suivi d'un thé gourmand.

    Pour réserver: 02 31 44 42 25

    ou sur place...


  • EXPOSITION: La bataille de Tikhvine ( Novembre-Décembre 1941)

    A l'occasion du 70ème anniversaire de la Bataille de Tikhvine, nous avons le plaisir de vous inviter à visiter l'exposition que nous avons conçue avec l'aide du Musée Historique de Tikhvine. Cet évènement de la Seconde Guerre Mondiale, peu connu dans nos terres normandes, mérite tout votre intérêt. Non seulement les troupes allemandes reculaient pour la première fois sur le front est, mais cette victoire allait avoir un impact direct sur la survie de Leningrad et sur la liberté de Moscou. Cela au prix de près de 90.000 vies.

    Cette exposition se tiendra à l'Hôtel de Ville d'Hérouville du 6 au 30 décembre.

    (lien: http://astikhvine.unblog.fr/)


  • ICI dossier de presse.pdf »

    Cirque Théâtre d'Elbeuf / Donka de Tchekov -27 et 28 janvier 2012 à 20h30

    DONKA – Une lettre à Tchekhov

    Écrit et mis en scène par Daniele Finzi Pasca

     DESCRIPTION La magie du cirque rend hommage à Tchekhov dans un spectacle où les images se superposent, d’équilibres fragiles, de danse, d’acrobaties et de jonglerie. Donka est la dernière création de Daniele Finzi Pasca, metteur en scène dont la renommée traverse la scène internationale et auteur entre autres des spectacles Nomade et Rain (Cirque Éloize), de Nebbia (Cirque Éloize et Teatro Sunil) et de Corteo (Cirque du Soleil.) Le spectacle a ouvert les festivités de Moscou célébrant le 150e anniversaire de naissance d’Anton Tchekhov en janvier 2010. Le metteur en scène plonge cette fois dans la vie d’un écrivain, par ses écrits et ses mémoires, décodant ses notes et donnant une forme, une couleur à ses silences énigmatiques. Donka est le nom russe d’une clochette attachée au fil d’une canne à pêche qui sonne lorsque le poisson mord. Tchekhov adorait pêcher. Pour lui, il s’agissait d’un moment méditatif. Finzi Pasca, fasciné par cette image et en recherche continue sur l’état de légèreté dans son travail de créateur, pêche dans cet étang fantastique du cirque pour donner vie à ce poème en images où les objets et les corps se retrouvent en suspension. Une distribution internationale d’artistes, de clowns, de musiciens, de danseurs et d’acrobates foule la scène pour faire vivre ces images au son d’une musique originale composée par Maria Bonzanigo rappelant la lointaine Russie. Au rythme des valses, du son de l’accordéon et des choeurs, les mélodies nous transportent dans cette époque pendant que sur scène, les personnages de Tchekhov, docteurs, étudiants éternels, rêveurs et jeunes femmes en deuil, passent. Les moments d’un monde perdu se succèdent les uns aux autres au son du chant des oiseaux, du souffle du vent dans les branches, de l’apparition d’ombres chinoises et de la multiplicité des couleurs. Une stupéfaction continue.

    www.donkashow.com

    Durée :

     1h30

     

    Audience:

     Tout public

     

    Type :

     Théâtre acrobatique

      

     Valentine Bodrug        

     Attachée au développement des publics

     02 32 13 19 83

    06 45 13 11 89

     valentine.bodrug@cirquetheatre.com

     

     Centre des arts du cirque de Haute-Normandie

     2 rue Henry

     BP 80356

    76503 Elbeuf cedex

     02 32 13 10 50

     


  • Les Ballets Moroshka de Saint-Petersbourg passeront en Haute-Normandie le 22 Décembre 2011 à 15H00 au thétre Municipal du Havre.

    Voici le lien pour voir des photos: Ballets MOROSHKA

    Pour réserver, suivez les liens dans : http://www.kalinka-spectacle.fr/tarifs.php


  •  

    Les ballets du Bolchoi au Zenith d'Evreux

      

    Comme vous l'avez sûrement entendus dans les journaux le Bolchoi rouvre et certains ballets seront retransmis au cinéma Zenith d'Evreux.

    Vous touverez ci-dessous le programme de diffusion prévu par PATHE:

    Télécharger « mod_article23049294_1.pdf »


  • MAÏAKOVSKI​, ELSA, ARAGON, ils se sont rencontrés à Paris


  • FESTIVAL DU FILM RUSSE A HONFLEUR 2011

    Le Festival aura lieu du 22 au 27 novembre 2011.
    Un badge de 20 euros donne accès à toutes les projections du Festival.
    Renseignements : Office de Tourisme de Honfleur 02 31 89 23 30
    Bureau du Festival : 02 31 89 25 59

    Vous trouverez la liste des films en competition ici:    festival du cinéma russe 2011

     


  •  A l'affiche du 19 janvier
    au 26 février 2012

    Le mariage
    Vieux Colombier - Comédie Française

    21 rue du Vieux-colombier, 75006 Paris
    Plan d'accès

     

    Métro : Saint Sulpice (ligne 4) - Sèvres Babylone (ligne 12)
    Bus : N° 39-48-63-68-83-84-86-87-90-95
    Parkings : Sèvres Babylone - Saint Sulpice

    THEATRE - Le Mariage - de GOGOL

    Genre : CLASSIQUE
    Pièce de : Nikolaï Gogol
    Montée par : Lilo Baur
    Avec : Nâzim Boudjenah, Yves Gasc, Nicolas Lormeau, Jean-Baptiste Malartre, Catherine Sauval, Julie Sicard, Clotilde de Bayser, Alain Lenglet, Laurent Natrella, Géraldine Rodriguez

    Résumé : Acculé au mariage par convention sociale et par vénalité, Kapilotadov, éternel célibataire, fait appel aux services d'une marieuse menteuse et manipulatrice... Avec cette pièce de Nikolaï Gogol, la metteur en scène suisse Lilo Baur nous invite à découvrir une peinture du mariage miné de l’intérieur par le burlesque et l’absurde.

    • Une peinture burlesque et absurde du mariage

     

    « Parce que, le diable me prenne, c’est une affaire qui vous fait du tracas, le mariage ! », s’exclame au début de la pièce Kapilotadov, éternel célibataire en quête d’un bon parti.

     

    Acculé au mariage par convention sociale, par vénalité aussi, le jeune homme fait appel aux services de Fiokla Ivanovna, une marieuse menteuse et manipulatrice qui lui présente, en même temps qu’à quatre autres hommes, la fille, nigaude, d’un marchand, Agafia Agafonovna.

     

    « Cette aventure parfaitement invraisemblable en deux actes », selon l’expression de Gogol, conduit les prétendants à une sorte de démence verbale qui frôle à l’absurde. Jeux de mots, propos grivois, mécanique désopilante, tels sont les ingrédients qui composent Le Mariage. Cette comédie sur le rien fustige, par la seule force du rire, la vacuité et la vanité de l’homme.

     

    • Note de mise en scène

     

    C’est en travaillant avec des équipes d’artistes de pays et de cultures différents, que j’ai compris l’intérêt de créer un langage physique commun, comme un ciment de création. Les dix années passées avec Simon Mc Burney pour le Théâtre Complicité m’ont formée à la pratique de création en collectif, comme mes collaborations avec Peter Brook. Les répétitions débutent par des improvisations dirigées où chaque comédien investit le projet avec sa personnalité, s’impliquant physiquement avant d’aborder concrètement le texte.

     

    La création du Mariage avec les Comédiens-Français est un carrefour d’échanges, entre leur technique, leur maîtrise du texte et la démarche expérimentale que je propose. Pour continuer à construire ensemble un imaginaire autour de la pièce, je nourris progressivement les comédiens de mes diverses sources d’inspiration, des tableaux, des photos, des films, des textes…

     

    Ma fascination pour le cinéma muet, Buster Keaton et Charlie Chaplin, sont ici des références incontournables pour comprendre la mécanique du comique de situation. Elle permet selon moi de trouver le rire juste. C'est-à-dire un rire spontané, déclenché par une situation ordinaire qui dégénère, où les personnages sont pris dans un engrenage, sans issue possible.Le décor donne une place essentielle à l’engagement physique dans la dramaturgie. J’ai voulu une structure imposante mais mobile et très légère, manipulable par les acteurs. Elle leur permet de passer constamment d’un univers à l’autre, du masculin au féminin.

     

     

    DUREE : 1h40


    Places disponibles : mercredi, jeudi, vendredi, samedi à 20H00 | mardi à 19H00 | dimanche à 16H00.

    Tarifs : 33,5 € tarif plein


  • Télécharger fiche "Russie Viking"

    Russie viking, vers une autre Normandie ?

    Novgorod et la Russie du nord, des migrations scandinaves à la fin du Moyen-Âge (VIIIe-XVe siècles)  

     Exposition réalisée en collaboration avec l'Institut d’histoire de la culture matérielle de l'Académie des Sciences de Russie (Saint-Pétersbourg), les musées de l'Ermitage (Saint-Pétersbourg) et de Novgorod.

    A l'occasion du 1100e anniversaire de la fondation de la Normandie par le viking Rollon au traité de Saint-Claire-sur-Epte, la Ville de Caen a choisi d'élargir ses horizons sur un autre grand moment de l'aventure viking, vers une "autre Normandie"…

    Bien des similitudes existent entre la naissance de la Normandie et celle des premiers établissements du pays de Novgorod, où les Scandinaves furent présents dès le VIIIe siècle. De ce contact naissent de nouveaux acteurs de l'histoire des régions du nord de la Russie que les sources anciennes désignent justement sous le nom de "Rous", identité composite comme celle des Normands, et comme eux attachés à l'histoire d'une terre où ils ne furent jamais ni les seuls, ni les plus nombreux.

    A l'Est, les Vikings, que l'on nomme aussi Varègues", entament une implantation durable sur le territoire de la Rous ancienne (VIII-XIe s.).

    L'arrivée des Scandinaves est d'abord identifiée dans des comptoirs commerciaux, parfois des colonies de peuplement.

    Le nord de la Russie devient alors le point de départ de routes commerciales qui suivent le réseau des grands fleuves, dont la plus célèbre est sans nul doute la « Route des Varègues aux Grecs ». Au sud on débouche ainsi sur la mer Noire et de là on atteint Constantinople ; au sud-est, c'est la mer Caspienne et les routes de l'Asie.

    Après l'an mil le commerce avec le monde byzantin et musulman s'est essoufflé, mais la Russie est devenue riche, puissante et développe une civilisation matérielle brillante.

    Après une présentation des migrations et des implantations scandinaves en Russie, l'exposition traite tour à tour des traces culturelles de la présence des Vikings en Russie, de la stabilisation de la puissance publique et son épanouissement, des formes de la culture et de la civilisation matérielle dans cette nouvelle entité baptisée du nom de "Rous".

    Ce sont au total plus de 500 pièces archéologiques qui sont présentées au public pour la première fois en France : objets de parure en métal précieux, jeux d'enfants et instruments de musique en bois, tablettes d'écriture en écorce de bouleau côtoient ainsi outillage agricole et ustensiles pour la pêche, armes, vêtements admirablement conservés…

    Le musée pratique

    Le musée est ouvert de 9h30 à 18h.

     

    • Entrée : à partir de 5 €

    • Entrée gratuite pour les moins de 26 ans et pour les abonnés du Pass'muraille

    • Ateliers, spectacles, contes,.etc. : sur réservation, tarifs entre 2

    (+ accès au musée pour les adultes sauf titulaires du Pass)

    Musée de Normandie

    Château - 14000 Caen

    Tél 02 31 30 47 60 - mdn@caen.fr

    www.musee-de-normandie.eu

      



  • Au cinéma Grand Forum de Louviers

    le Mercredi 19 Octobre 2011 à 20h30

    Retransmission de la soirée d’ouverture au Cinéma du Grand Forum de Louviers.

    Pour Michael Nyman, à la fois compositeur et réalisateur, la perspective de travailler sur une musique de film de Sergueï Eisenstein s’est imposée comme une évidence, lui offrant l’opportunité de revenir à la source de son amour pour le cinéma. Vouant une admiration sans bornes aux réalisateurs de la période soviétique, Sergueï Eisenstein représente pour lui une référence incontournable. Contrairement au film Alexandre Nevski réalisé par Sergueï Eisenstein, en étroite collaboration avec le compositeur Sergueï Prokofiev, Le Cuirassé Potemkine n’a pas fait l’objet d’une commande musicale. Michael Nyman compose donc ici une nouvelle partition pour son Michael Nyman Band, ensemble musical de douze musiciens dont il est le fondateur et au sein duquel il est au piano.


    LE CUIRASSÉ POTEMKINE Film de Sergueï Eisenstein [noir & blanc, URSS, 1925] Musique Michael Nyman | Michael Nyman Band

    Synopsis : En janvier 1905, éclate la première révolution russe, suivie le 14 juin de la révolte des marins du "Potemkine". Le cuirassé reproduit, dans le microcosme de son équipage, les clivages de la société russe et ses inégalités. L’une des causes de la mutinerie est la question de la nourriture. Les officiers présentés comme cyniques et cruels contraignent l’équipage à consommer de la viande avariée, alors qu’eux-mêmes maintiennent un train de vie privilégié parmi l’équipage, donnant lieu à une véritable insurrection dans le port d’Odessa.

    Durée estimée 1h30
           Tarif unique 6 €


  • SORTIR A L’OPERA

    En langue russe

     

    Opéra Bastille

     le Dimanche 29 Janvier 2012 à 14h30 ou vendredi 3 Fevrier à 19h30

    LA DAME DE PIQUE de Pouchkine

    Tchaichovski

     OPERA - LA DAME DE PIQUE de Pouchkine (Janvier /Fevrier 2012)

    Nulle part dans toute son oeuvre Tchaikovski ne semble s’être exprimé aussi pleinement, aussi absolument que dans La Dame de pique. Le pressentant, il ne cachait pas qu’il y voyait son chef-d’oeuvre. Certes, de sa dernière symphonie, l’illustre Pathétique, il expliquait qu’elle avait un programme autobiographique. Mais aucune oeuvre purement instrumentale ne saurait faire le portrait complet de cet homme de théâtre, de cet homme si éperdument théâtral. Et ce n’est pas dans un de ses personnages qu’il faut aller chercher son reflet, ce n’est pas dans cet Hermann dont il composait la mort en pleurant, ni dans Lisa se précipitant dans les eaux noires de la Neva, c’est dans l’oeuvre tout entière, dans son flot aussi tumultueux que le vaste fleuve, c’est dans son tourbillon ivre et incontrôlable. C’est aussi dans l’évocation de Saint-Pétersbourg, de cette ville que Pierre le Grand avait fait bâtir à l’extrême nord de son empire, dans les glaces et sur les marécages : une ville coupée de la terre et, par là, de la raison. Vladimir Galouzine et Olga Guryakova sont les interprètes prédestinés de cet opéra cauchemardesque et envoûtant.

      

    Prix de la place : 5, 15, 35, 55, 75, 90, 115 ou 140 € (suivant la situation dans la salle)

    Précisez les dates ou vous seriez disponibles et le prix des places qui vous intéresserait.

    Réservation avant le 20 Novembre 2011.


  • Opéra Garnier

    Dimanche 5 Février 2012 à 19h30

    LA CERISERAIE de Tchekov

    Par Philippe FENELON

      

    Le bal bat son plein lorsque le rideau se lève. Les danses retentissent comme aux grandes fêtes d’autrefois. Mais dans le salon en décrépitude, se déroule l’ultime chapitre de l’histoire de cette maison. Après la mort accidentelle de son fils Gricha, Liouba a abandonné la propriété pendant cinq ans. Pour ne pas céder à sa douleur, elle s’est laissée emporter par la superficialité d’une vie factice sur la Côte d’Azur où elle est tombée amoureuse. Les dettes se sont accumulées. Le monde évolue et la société change. La cerisaie est appelée à disparaître. Lopakhine, qui vient d’acheter la maison où son père servait, est obsédé de montrer sa réussite à des gens qui connaissent pourtant tout de lui. Les souvenirs reviennent par flots. Un orchestre de scène fait entendre des musiques du passé. On essaie de tromper le temps. Ceux qui ont vécu là essaient de masquer leur déconvenue devant l’inévitable séparation. Pour oublier la situation, ils se laissent entraîner dans l’ambiance frivole et le vertige des danses de ce dernier bal. Après Salammbô et Judith, Philippe Fénelon crée un troisième opéra à l’Opéra de Paris, La Cerisaie, d’après la dernière pièce de Tchekhov.

     

    Prix des Places : 10, 25, 45,70, 115 ou 140 €

    Précisez les dates ou vous seriez disponibles et le prix des places qui vous intéresserait.

    Réservation avant le 20 Novembre 2011.

      

                                  

    N’attendez pas car les places partent très très vite et il risque de ne plus y avoir de place à la date que vous choisirez.

      

    LA CERISAIE (cliquez pour voir la video)

      

      


  • Bonjour à tous,

    L'association vous propose une sortie au mois de novembre au chateau de Rueil-Malmaison où a lieu une exposition temporaire sur Joséphine et la Russie. Nous organisons cette sortie le Dimanche 13 Novembre 2011. Il s'agit d'une visite-conférence d'une durée de 1H30 sur l'exposition temporaire. Le tarif serait de 150€ pour la visite guidée et de 8 € par personne en plus pour l'entrée du musée. (pour un groupe de 10 personnes). Soit au maximum pour 10 personnes, 23€ par personne, moins si nous sommes plus nombreux. La visite commencerait à 11H00 au château. Si vous êtes intéressés, il est nécessaire de réserver auprès de notre association afin que nous puissions calculer le tarif à demander avant le 30 Octobre. Vous pouvez nous contacter par téléphone au 02.32.31.26.96 ou à association.slavyanochka@gmail.com. Voici l'explication de l'exposition:   

     Destins souverains. Joséphine, la Suède et la Russie"
    24 septembre 2011 - 9 janvier 2012

     
     

     

    Le palais impérial de Compiègne, propose en partenariat et aux mêmes dates, l'exposition "Destins souverains. Napoléon 1er, le Tsar et le roi de Suède" où sera évoqué en complément le destin des trois souverains Napoléon 1er, Bernadotte et Alexandre 1er. Rivaux, alliés puis ennemis, leur histoire a marqué le devenir européen du début du XIXème siècle.

    L'acquittement du billet plein tarif pour l'une des expositions « Destins souverains » donnera lieu au tarif réduit dans l'autre site partenaire (sur présentation du billet).

    Le château de Malmaison, résidence de l'impératrice Joséphine accueille avec le Palais impérial de Compiègne une partie de l'exposition organisée à Stockholm en 2010 consacrée à Napoléon Ier, au tsar Alexandre Ier et au maréchal Bernadotte devenu le roi de Suède Charles XIV Jean.

     

    Cette exposition se concentre sur les réseaux familiaux qui se sont tissés entre les trois dynasties par l'intermédiaire de l'Impératrice et de sa descendance, denombreux prêts en provenance des collections suédoises et russes viennent enrichir le propos, illustré par la présentation de quelque cent cinquante oeuvres.

     

    En effet, tandis que Joséphine de Leuchtenberg, fille du prince Eugène de Beauharnais et aînée des petites-filles de l'Impératrice, épouse en 1823 le prince héritier Oscar de Suède, son frère puiné, Maximilien, s'allie en 1839 avec la fille
    du tsar Nicolas Ier. L'analyse de ces liens familiaux permet de suivre le chemin des collections de l'Impératrice dont des chefs d'oeuvre figurent de nos jours aussi bien dans les collections royales suédoises qu'au musée de l'Ermitage, héritier des oeuvres d'art des Beauharnais-Leuchtenberg-Romanov.

     

    Au-delà du goût de l'Impératrice, ces pièces de prestige reflètent les canons artistiques de l'époque en même temps qu'elles les véhiculent. Ainsi en est-il des pièces du célèbre service Dihl et Guerhard conservées au musée de l'Ermitage qui retrouveront celles que possède Malmaison, entreprise pour la première fois tentée en France depuis l'envoi de ce service à Munich par le Prince Eugène. Ces oeuvres d'une maîtrise technique rare, et notamment les pièces du surtout, témoignent de la persistance des modèles antiques. En écho on peut découvrir des peintures des collections de l'Impératrice que le musée de l'Ermitage prête très exceptionnellement.

     

    De nombreux portraits des collections royales suédoises nous révèlent les visages d'Oscar, prince héritier de Suède et de sa jeune épouse la princesse Joséphine; une série de bustes font revivre leurs enfants. Du côté russe, les portraits de Maximilien de Leuchtenberg et de la princesse Maria Nicolaievna, fille du tsar, rappellent leur union. La compréhension de ces liens familiaux, constitutifs de la construction de l'Europe postnapoléonienne, passe aussi par tous les souvenirs intimes, bibelots et objets du quotidien de ces princes, prêtés par les collections royales suédoises.

     

    Ces images de vies parlent des personnalités, contribuent à la transmission des références familiales auxquelles leurs détenteurs sont attachés. L'accent donné aux souvenirs de famille donne la mesure du travail de la mémoire et de la tradition historique au sein des dynasties descendantes de Joséphine.

     

    Le parcours de l'exposition évoque dans une première séquence les visites du tsar Alexandre Ier à Malmaison en avril et mai 1814 et ses liens avec Joséphine et ses enfants, le prince Eugène et la reine Hortense. Y est exposé le fameux camée antique, dit « camée Gonzague », conservé à l'Ermitage, cadeau de Joséphine au tsar.

     


    La section suivante illustre tout d'abord, autour de son berceau, la naissance de la petite Joséphine, fille d'Eugène et de la princesse Auguste-Amélie de Bavière, puis, grâce notamment à des prêts exceptionnels de Sa Majesté Le roi de Suède, son mariage avec le fils de Bernadotte, Oscar, futur roi de Suède, et les enfants nés de leur union. On peut admirer entre autres : le nécessaire de Biennais de la future reine. Une troisième séquence montre le mariage de son frère Maximilien avec la fille du tsar Nicolas Ier et son installation en Russie. La scénographie met en valeur le célèbre service de dessert créé par la manufacture de porcelaine Dihl et Guerhard pour l’impératrice Joséphine et son fils, le prince Eugène de Beauharnais, dont l'extraordinaire surtout sera vu pour la première fois en France. Les oeuvres provenant des collections de Joséphine à Malmaison, conservées en Suède et en Russie, sont pour certaines présentées à leur emplacement d'origine.

     


    Le parcours se poursuit au Palais impérial de Compiègne pour découvrir la fascinante épopée et le destin hors du commun des trois souverains, Napoléon Ier, Bernadotte et Alexandre Ier : rivaux, alliés puis ennemis, ces trois figures historiques ont marqué le devenir européen au début du XIXe siècle. La force des symboles impériaux, portés par les arts décoratifs français, survivra à la chute de l'Empire : un exceptionnel ensemble d'objets d'art luxueux–bronzes, vases de pierres dures et porcelaines– aux côtés des reconstitutions partielles de la chambre de Bernadotte et du bureau d'Alexandre Ier au Palais d'hiver, témoignent du rayonnement du style Empire dans les cours du nord de l'Europe, à Stockholm et à Saint-Pétersbourg

     


  • le vendredi 19 août 2011 à 18h30 - Centre International de Deauville

    20ème anniversaire de la chute du communisme en Russie

    avec Vladimir Fedorovski, écrivain et ancien diplomate russe

    La Russie est un vaste territoire, jalonné d'une histoire tout aussi longue. Au lendemain de la victoire des Alliés dans la Seconde Guerre mondiale, le pays vivra de grandes tensions avec les États-Unis (la Guerre froide) qui s'atténueront progressivement dans la deuxième moitié du XXe siècle. À la mort de Staline en 1953, le régime autoritaire s'assouplit peu à peu et le gouvernement communisme entame sa lente dissolution. L'année 1989 voit naître la fin du communisme et dès 1991, l'Union soviétique se démantèle au profit de la Fédération de Russie. Boris Eltsine devient alors le premier président du nouveau gouvernement élu par le peuple. Alexandre Routskoï s'empare du pouvoir en 1993, mais après seulement quelques jours, Eltsine reprend sa place. Il entame alors de nombreuses réformes : privatisation des entreprises, signature des accords de l'OTAN en 1997… Il démissionne en 1999, laissant la place à Vladimir Poutine.

    Vladimir Fédorovski est un homme aux vies multiples : d'abord interprète de Brejnev, il devient porte-parole du Mouvement pour les réformes démocratiques dans l'URSS finissante, puis de Boris Eltsine. On le retrouve aujourd'hui professeur à HEC-Paris et auteur de romans historiques à succès. Il a acquis la nationalité française en 1995, grâce à l'intervention de Jacques Chirac, qui n'avait pas oublié le collaborateur de son ami Boris Eltsine. Fédorovski est aussi conseiller au mémorial de Caen, pour la période de la Guerre froide. C'est un auteur prolifique, qui sait allier la précision de l'historien à l'art narratif du romancier - qu'il s'intéresse aux égéries russes, aux ballets, aux tsarines, à Raspoutine, Saint-Pétersbourg ou au Kremlin. Vladimir Fédorovski publie en 2007 "Le Fantôme de Staline", ouvrage peignant Staline sous un nouveau jour...

     

    À VISITER :
    Site officiel du CID 

    INFOS PRATIQUES

    Accès libre dans la limite des places disponibles

    Renseignements : 02 31 14 14 14


  • JARDINS DU CŒUR  2011

    3 animations exceptionnelles

     

     

    Le Château de Miromesnil en Seine Maritime :

    76550 Tourville sur Arques

    La maison de Guy de Maupassant et  son célèbre potager primé par la SNHF en 2010.

    Parking dans la propriété

    Déjeuner et Diner du Samedi 18 Juin   Dîner sur le thème Tête en Fête

    Déjeuner du Dimanche 19 Juin

    Réservation indispensable : 02 35 85 02 80    ou   chateaumiromesnil@orange.fr

    Chèques de dons à l’ordre de l’Association Charles Nicolle  sont les bienvenus

     

     

    Le Vasterival en Seine Maritime  :

    Allée Albert Roussel,  route du phare d’Ailly   77119    Sainte Marguerite sur Mer

    Le Parc mondialement connu créé par la Princesse G. Sturdza.

    Parking à l’entrée de l’allée Albert Roussel

    Une visite guidée exceptionnelle le Samedi 18 Juin à 10h précises.

    Réservation indispensable : 06 11 97 39 64  ou  merlisph@aol.com 

    Prix spécial de la visite : 22€ (au lieu de 28 €)

    Chèques de dons à l’ordre de l’Association Charles Nicolle sont les bienvenus.

     

     

    Le Moulin de la Croisille dans l’Eure  :

    9 rue du Rouloir    27190 La Croisille

    Les très romantiques Jardins d’eau du Rouloir ouverts exceptionnellement à cette occasion.

    Parking autour de l’Eglise

    En l’église Saint Martin de la Croisille, le Samedi 18 Juin, à 15 h un concert orgues et voix animé par

    Manuela Leconte et Vincent Benard dans un répertoire baroque italien et grands airs d’opéra de Verdi

    et de Puccini.

    De 17h30 à 20 h  Un rafraîchissement  sera proposé suivi par la visite des jardins

    Prix d’entrée au concert : 20 €

    Chèques de don à l’ordre de l’Association Charles Nicolle sont les bienvenus

     


  • BONJOUR A TOUS,
     
    Nous organisons une sortie avec covoiturage au théâtre du Rond-Point pour voir le spectacle de :
    Semianyki

      

     Cette tournée a reçu un très grand succès il y a deux ans. On en fait beaucoup de publicité actuellement à la télévision, il risque donc de ne plus y avoir de places.
    Nous aurions donc besoin de vos réservations avant le 21 Mai en nous précisant le nombre de places, l'âge et la date que vous préféreriez.

    DESCRIPTION:
    Semianyki raconte les déboires d’une famille particulièrement déjantée, qui tente de survivre dans une Russie déglinguée. Sans jamais prononcer un mot, avec une formidable inventivité burlesque, la troupe dessine un monde où l’absurde est roi, mais où la magie est toujours prête à renaître. Ces clowns savent toucher la part d’enfance de chacun tout en portant un regard corrosif sur une réalité sociale. Fabienne Darge – Le Monde

     
    Sans prononcer un mot, ces six énergumènes aux tronches pas tristes nous entraînent dans leur invraisemblable bric-à-brac. Ils s’y font des blagues des plus cruelles, s’adorent et s’entre-tuent, survivent avec une insolence toujours en éveil. Et sur un rythme halluciné, ils nous prouvent par leurs gags gros comme ça, leurs mimiques délirantes que le rire reste sans doute la meilleure arme, partout et toujours, de toutes les résistances.TELERAMA
     
    Les dates possibles seraient les dimanches 5 Juin ou 26 juin à 15 H00.
    Les tarifs sont de 38 € par personne ou de 29 € pour les plus de 60 ans, 18 € pour les moins de 30 ans.

    ATTENTION le 29 MAI 2011 proposé précédemment est déjà complet.

     

    Il s’agit d’un spectacle adapté aux enfants et aux adultes. C’est une très bonne occasion de s’amuser ensemble.
    Vous aurez plus de renseignements sur le site :

     


    http://2010-2011.theatredurondpoint.fr/saison/fiche_spectacle.cfm/90545-semianyki.html

     
    Réservation par mail ou téléphone à l’association Slavyanochka
    02.32.31.26.96
     
    L’association Slavyanochka


  • Sibérie, Mon amour.pdf 

    Vos suggestions

    Date de sortie cinéma : 20 avril 2011

    Réalisé par Slava Ross
    Avec Piotr Zaitchenko, Sergei Puskepalis, Maxim Yemelyanov, plus

    Synopsis : Monamour, hameau abandonné dans les étendues infinies de la Sibérie. En compagnie de son dévot grand-père et d'un chien pour seul ami, le jeune Lyochka attend le retour de son père. Mais les vivres viennent à manquer quand son oncle, venant régulièrement les ravitailler d'un lointain village, ne donne plus signe de vie. Affaiblis et de plus en plus isolés par la neige, le vieil homme et son petit fils doivent bientôt faire face aux pilleurs et aux chiens sauvages...


  • Romanov, tsars collectionneurs

    À la Pinacothèque de Paris, du 26 janvier 2011 au 29 mai 2011

    L'Ermitage, La naissance du musée impérial

     

    La Pinacothèque de Paris présente les trésors des Romanov, un ensemble rare d’une centaine d’œuvres du musée de l’Ermitage de Saint-Pétersbourg.

     

    Constituées à partir de la fin du XVIIe siècle, les collections impériales russes comptent rapidement parmi les plus importantes d’Europe. Dès 1785, le comte Ernest de Munich le confirme : « Les étrangers et les curieux du pays admis à visiter ces vastes et riches galeries de peinture en admirent avec raison la magnificence ».

     

    Le parcours chronologique commence par la présentation des œuvres réunies par Pierre le Grand (1672-1725). Grand curieux et collectionneur averti, Pierre Ier dépêche ses agents dans toute l’Europe pour rapporter peintures et sculptures à Saint-Pétersbourg. Puis, Catherine II (1729-1796), souveraine éclairée imprégnée de la philosophie des Lumières, elle enrichit à son tour les collections et construit le premier espace dédié à leur présentation : le Petit Ermitage, édifié à côté du Palais d’Hiver de 1764 à 1775. Ce bâtiment se révèle vite insuffisant pour abriter un nombre d’œuvres en constante augmentation et le Grand ou Vieil Ermitage est construit peu après, de 1771 à 1787.

     

    Alexandre Ier (1777-1825), digne petit-fils de Catherine II, imprime lui aussi sa marque dans les collections impériales, en dotant notamment l’Ermitage d’une superbe collection de maîtres espagnols. Enfin, Nicolas Ier (1796-1855) dont le règne est marqué par la construction du Nouvel Ermitage (1842-1852), à la suite de l’incendie du Palais d’Hiver en 1837. C’est la naissance du musée moderne, à l’image de ceux qui fleurissent alors en Europe, du Louvre au British Museum, en passant par les musées de Berlin et Munich.


    En l’espace de deux siècles, les Romanov ont élaboré l’une des plus belles collections du monde et construit un musée moderne, ouvert au grand public dès 1805.

    Autour de ce thème unique original – la naissance d’un musée –, la Pinacothèque de Paris propose une histoire du collectionnisme et du goût au sein des élites européennes les plus brillantes de leur temps.

     


    Les tarifs :

    Les tarifs au musée

    Plein tarif 10 euros
    Tarif réduit* 8 euros

     

    Billet jumelé (fin des ventes à 18h)

    Romanov - Esterházy & collection permanente (offerte) :

    Plein tarif  17 €

    Tarif réduit* 13 €

     

    Réservez vos billets en ligne. Evitez la file d'attente !
    Plein tarif internet 11,50 euros
    Tarif réduit internet* 9,50 euros

     

    Billet jumelé

    Romanov - Esterházy & collection permanente (offerte) :

    Plein tarif internet 18,50 €

    Tarif réduit internet* 14,50 €

     

    Tarif groupes 9,50 € par personne incluant la location de l'audiophone (obligatoire)
    groupes de 7 à 20 personnes avec conférenciers

     

    Visite guidée 6 € par personne (uniquement le samedi à 10h, 14h et 16h) Sur réservation internet uniquement.


    *Tarif réduit (sur présentation d'un justificatif) De 12 à 25 ans, étudiants, demandeurs d'emploi (justificatif daté de moins d'un an), famille nombreuse, carte Améthyste et Emeraude, maison des artistes, carte de priorité pour personne handicapée, guides et conférenciers, professeurs d'arts et d'arts plastiques.

    Gratuité (sur présentation d'un justificatif) Moins de 12 ans, journalistes, ICOM, RSA, ASS et minimum vieillesse, guide conférenciers et professeurs ayant une réservation de groupe, carte d'invalidité.


  • VADIM TCHIJIK
    AU MOULIN D’ANDE
     
    Samedi 18 à 18h, dimanche 19 à 11 h 30
    CARTE BLANCHE À VADIM TCHIJIK

    A l'occasion de l'année de la Russie en France
    Œuvres de Tchaïkovski, Rachmaninov, Prokofiev, Chostakovitch, Skriabine, Stravinski...
    Avec Vadim TCHIJIK, violon
    Fabrice LOYAL, violoncelle
    Eric ASTOUL,Thuy Anh VUONG, piano
    Forfait Week-end musical possible, chambre double et chambre individuelle
     
      
     
    Le Moulin d’Andé
    65 rue du Moulin
    27430 ANDE
    www.moulinande.com
    Réservations : 02 32 59 70 00
    moulin@moulinande.asso.fr 
     


  • Durant l'année 2010-2011, le ciné Zénith d'Evreux va retransmettre en direct 4 ballet du Bolchoï pour 22€ la séance ou 70 € les 4 séances:

    Casse-Noisette

    La leçon de Danse et Giselle

    Don Quichotte

    Coppélia

    • 

  • 21 Octobre 19h30   Festival de la chanson russe à la guitare « GROUCHINSKYI ». 

    Le Centre de Russie pour la Science et la Culture, le Musée Vladimir Vyssotsski de la ville de Samara (Russie) et l'Association « Maxime-and-co » vous invitent au Festival de la chanson russe à la guitare « GROUCHINSKYI » avec la participation des auteurs-interprètes: Dmitri PEVTSOV, Youri KARPOV, Alexeï APPOLINAROV, Timour VEDERNIKOV, Irina SOURINA, Roman LANKINE, Valéry BOKOV, Larissa BROKHMAN et des musiciens Sergueï VOÏTENKO, Klavdia PENKOVA, Guerman TCHERNYCHOV.

    La manifestation est organisée dans le cadre de l'Année Сroisée FRANCE-RUSSIE. La manifestation se déroulera en russe sans traduction. L'entrée est libre et gratuit dans la limite des places disponibles.

    30–31 Octobre   Salon du livre russe.

     

     

    Maisons d'éditions, libraires, auteurs, traducteurs, associations présenteront des nouveautés de la littérature russe et russophone publiées en Russie et en France dans le cadre de l'Année Croisée France-Russie .

     

    17 ème Festival du cinéma russe de Honfleur du 25 au 29 Novembre 2009, Honfleur

     

    POUR TOUTES LES MANIFESTATIONS DANS LE CADRE DE L'ANNEE FRANCE-RUSSIE, voici les liens:

    

    http://www.france-russie2010.fr/En_France/

     

    http://www.france-russie2010.fr/Newsletter/20101014/187997267.html

     


  • Spectacles Russes à prix réduits

    Russie.net et Art-Russe.com vous font bénéficier de réductions intéressantes pour "Les Dames du jeudi" de Loleh Bellon avec Marina Vlady et plusieurs spectacles proposés par le théâtre de Suresnes Jean Vilar qui met à l’honneur la Russie.

    Les Dames du jeudi de Loleh BELLON

    Elles n’ont pas froid aux yeux, ces dames-là. De jeudi en jeudi, à chaque âge de leurs vies, elles nous balancent leurs souvenirs comme autant de moments de rire et d’émotion...

    ...Sonia est russe, nonchalante et charmeuse ; elle glisse sur les années, avec le doute qui l’accompagne comme un ami fidèle. Marina Vlady est Sonia.

    Marie, mère de famille, organisatrice, a la tête sur les épaules. Le manque l’accompagne comme un fantôme personnel. Annick Blancheteau est Marie.

    Hélène est fantasque, absolue et têtue. La solitude l’accompagne comme un bijou précieux. Catherine Rich est Hélène.

    Calfeutrées dans un grand châle aux couleurs russes, Sonia, Marie et Hélène nous entraînent dans leurs rondes, à nous de garder le rythme et de marcher sur leurs pas... de Charleston.

    Christophe Lidon

    §  Mise en scène Christophe LIDON

    §  Avec Marina VLADY, Catherine RICH, Annick BLANCHETEAU, Bernard ALANE, Grégory GERREBOO

    §  Décor Catherine BLUWAL

    §  Costumes Claire BELLOC

    §  Lumières Marie-Hélène PINON

    §  Son Michel WINOGRADOFF

    §  Assistant à la mise en scène Denis Berner

    §  Plus d’informations, cliquez ici !

    Tarifs préférentiels pour les internautes de Art-Russe.com et Russie.net :

    (offre valable jusqu’au 31/10)

    §  36 Euros (au lieu de 42) en première série

    §  30 Euros (au lieu de 36) en deuxième série (Offre valable uniquement les mercredis, jeudis et samedis à 21H).

    Sur présentation d’un justificatif (www.art-russe.com ou www.russie.net) : imprimez cette page en n/b ou en couleur et la présenter en caisse. Réservation : 01 44 53 88 88

    §  Théâtre de l’Oeuvre

    §  55, rue de Clichy 75009 Paris

    §  Métro : Liège (ligne 13) ou Place de Clichy (ligne 2-13)

    §  Bus : 68-81-95 arrêt Liège

    §  Station Vélib : rue de Parme

    §  Parking : rue de Clichy.


  • La Russie romantique à l’époque de Gogol et Pouchkine

    Musée de la Vie romantique du 28/09/2010 au 16/01/2011

    Le Musée de la Vie romantique propose du 28 septembre 2010 au 16 janvier 2011 une importante sélection d’oeuvres présentées pour la première fois à Paris autour du romantisme russe.

    Contrepoint, l’art contemporain russe

     De l’icône à l’avant-garde en passant par le musée du LOUVRE

    Du 14 octobre 2010 au 31 janvier 2011

    A la suite de l’exposition ’Sainte Russie, l’art russe des origines à Pierre le Grand’, le musée du Louvre  a souhaité rendre compte de la création contemporaine russe, en exposant les œuvres d’une quinzaine d’artistes représentant diverses générations et différents courants.

    Pour cette exposition, le musée – qui ne possède pas de département slave – a choisi les espaces du Louvre médiéval. En effet ces vestiges archéologiques sont porteurs d’utopies architecturales auxquelles font écho les travaux d’artistes comme Ilya et Emilia Kabakov, Igor Makarevitch et Elena Elagina ou Pavel Pepperstein. Cet espace souterrain suscite également la fiction et l’imaginaire comme le montrent les œuvres d’Alexeï Kallima, Valery Koshlyakov et Vadim Zakharov, mais aussi de Yuri Leiderman, qui réalisera une performance dans la série de ses Geopoetics, et de Yuri Albert, qui invitera à une visite des collections les yeux bandés.

    Autre espace investi par ce Contrepoint, le jardin des Tuileries recevra le Pavillon Rotonda II d’Alexander Brodsky, célèbre architecte, mais également sculpteur. Peintures, sculptures, dessins, photographies, vidéos, performances : tous font référence à la tradition artistique russe, de l’icône au musée en passant par une relecture critique de l’avant-garde.

    À l’entrée, La Liberté d’Erik Boulatov donne le ton, engageant un discours entre esthétique propagandiste réaliste et hommage à Delacroix. Les artistes n’ont de cesse de citer le suprématisme et le constructivisme, les peintures iconiques de Malevitch et la Tour de Tatline, symbole de l’utopie révolutionnaire comme de la Tour de Babel. D’autres comme Komar et Melamid, Avdei Ter-Oganyan et Blue Noses se consacrent à une vision ironique de l’histoire de l’art. À l’inverse, les vidéos d’Olga Chernysheva et Dmitry Gutov, s’inspirant des chefs-d’œuvre de la galerie Tretiakov et du Russian Museum, offrent une vision plus poétique du musée.

    Avdei Ter-Oganyan fait partie de cette génération d’artistes russes au discours particulièrement critique envers le régime. Les œuvres d’Avdei Ter-Oganyan censurées font partie de sa série Abstraction radicale. Les toiles représentent des formes géométriques simples, inspirées notamment du suprématisme de Malevitch, et comportent chacune une note ironique de l’artiste comme ici :"Cette œuvre incite à porter atteinte à la vie du membre du gouvernement V.V. Poutine afin de l’empêcher d’exercer des activités gouvernementales et politiques.".

    Advei Ter-Oganyan, l’artiste dont l’œuvre avait été censurée par les autorités russes puis autorisée à participer à l’exposition collective ’Contrepoint’ a demandé lors du vernissage le décrochage de ses quatre tableaux pour dénoncer le sort d’un compatriote également en exil à cause de ses oeuvres.

    Cette manifestation s’inscrit dans le cadre de l’année France Russie 2010 et est soutenue par son comité de mécènes.

    Exposition réalisée par le musée du Louvre avec le Centre national d’art contemporain de Moscou (NCCA). Avec le soutien de Louis Vuitton. En partenariat avec Métro, France culture et Paris première.

    Commissaire(s) : Marie-Laure Bernadac, conservateur général, chargée de mission pour l’art contemporain au Louvre, assistée de Pauline Guelaud.

    Musée du Louvre
    75058 Paris
    France
    Standard Tél. : (33) 01 40 20 50 50

    Exposition ’Au Service des Tsars : La garde impériale russe, de Pierre le Grand à la révolution d’Octobre’

    DU 9 OCTOBRE 2010 AU 23 JANVIER 2011

    Dans le cadre de l’année France-Russie 2010, le musée de l’Armée présente une exposition exceptionnelle consacrée à l’histoire de la Garde Impériale russe.

    Fruit d’une co-production inédite avec le musée de l’Ermitage de Saint-Pétersbourg, l’exposition raconte comment, des années 1700 à la Révolution d’Octobre de 1917, l’histoire de la Garde impériale russe - unité de prestige chargée de la sécurité des empereurs - fut intimement liée à celle de la Russie dans le domaine non seulement militaire mais aussi politique, social et culturel.

    Cette exposition permettra au public de découvrir plus de 150 objets exceptionnels et somptueux : peintures, uniformes, armes ou encore objets d’arts. La majeure partie de ces pièces provient du musée de l’Ermitage : certaines n’avaient encore jamais quitté le sol national. Celles issues des collections du musée de l’Armée et du musée des Cosaques de Courbevoie évoquent le devenir des membres de la Garde après 1917 et l’exil de grandes familles russes à Paris.


    Le musée de l’Armée et le musée de l’Ermitage s’associent pour présenter à Paris certaines des plus prestigieuses reliques évoquant le souvenir de la Russie impériale. L’exposition Au service des Tsars : la Garde impériale russe, de Pierre le Grand à la Révolution d’Octobre retrace l’histoire brillante et dramatique des unités de la garde impériale qui ont juré « foi et loyauté » aux empereurs de Russie.

    Née des bataillons d’amuseurs qui entourent le futur Pierre le Grand dans sa jeunesse, la Garde impériale s’impose, après les batailles de la Grande Guerre du Nord, contre les armées suédoises, comme une unité d’élite capable de porter son rêve d’une Russie rénovée prenant enfin en Europe la place qui lui revient de droit. La Garde assume dès lors une double fonction sur le champ de bataille et dans les palais, au plus près des souverains. À ce titre, elle joue un rôle majeur dans les révolutions qui jalonnent le XVIIIe siècle russe (1725, 1730, 1741, 1762, 1801).

    Au cours des guerres du début du XIXe siècle, la Garde se développe et prend une part déterminante aux combats contre l’Empire de Napoléon Ier, qui incarne à la fois le modèle et le grand rival d’Alexandre Ier. Après l’échec de la révolte des « Décembristes », le 14 décembre 1825, où les unités de la Garde ont joué un rôle prépondérant, l’empereur reprend en main ces unités d’élite qui redeviennent le plus solide soutien du trône, jusqu’aux ultimes moments du régime, en 1917, et bien au-delà encore par-delà l’exil et les injures du temps. Plus de 150 objets - uniformes, armes, objets d’art, tableaux et estampes - issus majoritairement des collections de l’un des plus prestigieux musées du monde font briller un temps, à Paris, le souvenir de cette histoire où la gloire militaire le dispute sans cesse aux fastes des bals des palais pétersbourgeois. / Émilie Robbe, conservateur, département moderne

    Musée de l’Armée
    Hôtel national des Invalides
    129 rue de Grenelle, 75007 PARIS
    Standard : 0810 11 33 99 (prix d’un appel local)

    Exposition ’Les artistes russes hors frontière’

    Du 21 juillet au 31 octobre 2010

    L’exposition présentée est consacrée aux « artistes russes hors frontière », ou « Russkoe Zarubejie », à cette partie du patrimoine culturel russe qui s’est construite en exil, le plus souvent à Paris et surtout à Montparnasse.

     

    Œuvres sur papier. Oscar Rabine

    Du 16 septembre 2010 au 15 décembre 2010

    L’exposition de dessins d’Oscar Rabine montrée à la galerie Dina Verny, dans le cadre de l’année France-Russie 2010 permet d’entretenir le souvenir ou de faire connaître une œuvre originale.

     

    http://www.russie.net/article5591.html

    Exposition Lénine, Staline et la musique

    au musée Montparnasse

    Paris, Cité de la Musique jusqu’au 16 janvier 2011

    Portée par plus de 400 œuvres (partitions, costumes, extraits de films...), cette exposition exceptionnelle est d’un grand intérêt pour comprendre les rapports étroits entre la musique et la dictature soviétique

    La collection russe du musée des Beaux-Arts de Rouen

    Le musée des Beaux-Arts de Rouen, situé en plein cœur de la ville, rassemble une collection de peintures, sculptures, dessins et objets d’art du XVe siècle à nos jours et également une rare collection d’icônes russes du XVIe au début du XIXe siècle.

    Le musée possède également un exceptionnel ensemble de toiles provenant de la donation Depeaux (1909), qui le place au premier rang des musées français de province pour l’impressionnisme.

    Le cabinet des dessins conserve plus de 8 000 pièces de la Renaissance au XXe siècle. Le musée accueille également de grandes expositions temporaires ainsi que quelques expositions d’art contemporain. Les collections permanentes sont exposées dans 60 salles. En 2007, le budget d’acquisition s’élève à 150 000 euros par an. Le musée reçoit quelques fonds du mécénat. En 2006, le musée a présenté huit expositions temporaires, parmi lesquelles les « Chefs-d’œuvre des musées de Florence » ont fait passé le nombre de visiteurs de 87 000 à 154 000.

    Les toiles de Caravage, Velazquez, Delacroix, Géricault, Modigliani et bien sur de Monet et Sisley sont les plus célèbres.


    Joseph-Désiré Court (Rouen, 1796 - Paris, 1865)
    Portrait d’Auguste Ricard de Montferrand, architecte célèbre en Russie - 1842.


    Théodore Géricault (Rouen, 1791 - Paris, 1824)
    Retour de Russie - 1818
    Litographie, 1er état, épreuve sur papier blanc.


    Alexandre Archipenko (Kiev, 1867 - New-York, 1964)
    Femme drapée - 1911
    Bronze.


    Jacques Lipschitz (Druskieniki, 1891 - Capri, 1973)
    Marin à la guitare - 1914-1915
    Bronze doré.


    Jacques-Émile Blanche (Paris, 1861 - Offranville, 1942)
    Etude pour le portrait de Igor Stravinsky
    Don de l’artiste - 1923.


    Paul Troubetskoy (Intra, 1866 - Suna, 1938)
    Portrait du docteur Samuel Pozzi
    Bronze.


    Joseph-Ferdinand Boissard de Boisdenier (Châteauroux, 1813 - Paris, 1866)
    Episode de la retraite de Moscou - 1835.

     

     

     





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique