• Nos conférences

    Nous continuerons de vous raconter l'histoire de Russie, époque par époque... Nous avons découvert l'époque d'Ivan le Terrible, de Pierre le Grand... Cette année nous proposons de découvrir la grande époque de Catherine la Grande ... Prochainement, nous ferons aussi la connaissance avec les personnages de JG. Raspoutine, V. Staline...  

  • Samedi 29 mai 2021: Histoire de la poésie russe.

    Conférence présentée par Martial Maynadier le samedi 29 mai à 15h à la MED.

    Histoire de la poésie russe d hier à aujourdhui.  En passant par Pouchkine..Tsvetaieva..akmathova..Essenine..pasternak ... Brodski et...Larissa Andersen dont je vais faire paraître un deuxième recueil traduit en collaboration avec Ekaterina Grigorova Guilbert:
    Dans 
    les prairies terrestres...


  • Samedi 27 février 2021 à 15h à la MED.

     

    Conférence sur les décembristes

    Samedi 27 février 2021: Conférence sur les décembristes

    "En Russie, et ensuite dans toute l'Europe, on nomma décembristes (ou décabristes, de dekabr, « décembre » en russe) la phalange des officiers nobles et libéraux qui, le 14 décembre 1825, tentèrent de soulever la garnison de Saint-Pétersbourg (Leningrad) pour obtenir du nouveau tsar, Nicolas Ier, les réformes de structure indispensables dans une Russie rétrograde. Ce coup d'État militaire n'était pas le premier en Russie (Élisabeth Ire et Catherine Ire montèrent sur le trône par ce moyen), mais il aurait pu devenir la première révolution russe. Si l'action stupéfiante des décembristes n'avait été si mal préparée, l'explosion eût été terrible, comme l'écrivait l'ambassadeur de France à son gouvernement, et il ajoutait avec lucidité : « Les éclats en auraient parsemé l'Europe ! » Mais le soulèvement sur la place du Sénat (l'actuelle place des Décabristes) ne dura qu'une seule journée. Il eut lieu à la fin de l'interrègne entre la mort d'Alexandre Ier et l'avènement de Nicolas Ier. Les officiers, tous jeunes, issus des plus nobles et plus anciennes familles de l'empire russe, « fine fleur » du pays, avaient fait les campagnes contre Napoléon de 1805 à 1815 ; ils avaient découvert l'Occident, ses mouvements de libération nationale, ses régimes parlementaires ; ils avaient vu des pays où le servage était aboli depuis des siècles. De retour chez eux, ils se sentirent « honteux d'être russes ». Leur tsar leur avait promis de longue date de tout changer, de tout réformer. Il avait libéré l'Europe avec ses alliés, il était entré en vainqueur dans Paris, il avait imposé une Constitution à Louis XVIII, mais revenu chez lui, il n'avait tenu aucun de ses engagements concernant l'abolition du servage, la liberté d'opinion et d'expression. Alexandre Ier semblait las de régner. Il confiait son État à son âme damnée, le général Araktcheïev, et, pour sa politique extérieure, se soumettait aux thèses réactionnaires de Metternich. "

    extrait de l'encyclopédie universalis.

    Samedi 27 février 2021: Conférence sur les décembristes

     





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique