• Vos suggestions

       

      Description : Ce film burlesque de Léonide Gaïdaï comprend trois nouvelles réunies en un tout par le personnage principal, Chourik, un plaisant ingénu qui se complaît dans les situations les unes plus invraisemblables que les autres. Dans « L’équipier » il redresse la Bringue, voyou qui purge 15 jours de travaux publics, dans « Hallucinations » il prépare fiévreusement des examens décisifs, miraculeusement réussis, dans « Opération ’euh’ » Il contrecarre l’arnaque projetée par le Nigaud, le Lâche et le Baroudeur sur un entrepôt déjà pillé par son gestionnaire.

      

      

    Le sous-titrage de cet extrait est en anglais, ce ne sera pas le cas du film projeté.

      


  • Idées de sorties

    Ironie du sort ou « vive les bains »

    R.RYAZANOV

    Description : “Une histoire assez loufoque, qui ne pouvait arriver que dans la nuit du Nouvel an, exclusivement - observent les auteurs du film le plus célèbre du réalisateur Riazanov. Une joyeuse comédie musicale relatant les aventures imprévues d’un quatuor de moscovites qui, obéissant à leur vieille tradition, vont s’étuver aux bains municipaux dans la soirée du Nouvel an, avec libations abondantes et tout ce qui s’en suit. Le héros principal incarné par Andréi Miagkov atterrit dans un appartement en tout point semblable au sien, meublé à l’identique, dans la même rue – mais en la ville de Léningrad… Intrusion inattendue mais fort réussie dans la vie privée de l’occupante des lieux, jouée par Barbara Brylska…


  • Carnaval

     Description : Une jeune provinciale un peu naïve rêve de devenir actrice. Elle se rend à Moscou tenter sa chance, mais elle échoue aux examens. Cependant elle s’y fait de nouveaux amis et rencontre son premier grand amour…
      La plus célèbre et la plus honorée réalisatrice russe Tatiana Lioznova («Trois peupliers, rue Pliouschikha», «Dix-sept instants du printemps») pour cette fois-ci s’attaque au genre de film musical où s’entremêlent mélodrame, cirque et music-hall. Et comme résultat : ce film est qualifié parmi les dix meilleurs longs-métrages en URSS en 1982. Dans une grande mesure le film doit son succès à l’interprète du rôle principal Irina Mouravieva que le public a beaucoup aimée dans le film « Moscou ne croit pas aux larmes ». Pour jouer ce rôle elle avait beaucoup maigri, a appris les patins à roulettes, ayant campé avec brio la charmante jeune fille un peu naïve et amusante, mais très persévérante dans sa lutte pour sa petite place au soleil. Ce rôle a valu à Irina Mouravieva la renommée de meilleure actrice du cinéma soviétique du début des années 80.





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique