•  

         
     
       
     

     

    Mimino (film géorgien)   

    De Georgiy Daneliya (1977)

     

     

    Le pilote Mimino travaille pour de petites compagnies locales en Géorgie, faisant voler des hélicoptères entre de petits villages. Il rêve de piloter les avions des grandes compagnies aériennes internationales, alors il part à Moscou prendre des cours de perfectionnement.  Là, dans un hôtel, il rencontre un conducteur de camion arménien Rubik à qui on a  donné une chambre dans cet hôtel par erreur. Minimo et Rubik auront de nombreuses aventures à Moscou.



  • Alexandre Nevski ( 1938 - extrait )

    ALEXANDRE NEVSKI

    présenté par Georges Kichinewski.

    ALEXANDRE NEVSKI Samedi 21 Novembre 2015 à 15h

    SYNOPSIS

    La Russie, au XIIIe siècle. Le prince Alexandre Nevski, qui se distingua naguère lors de la bataille de la Neva, pêche au bord d'un lac. Ce héros, qui a vaincu les Suédois en 1240, a en effet décidé de ranger les armes pour couler des jours tranquilles parmi les pêcheurs. Il s'est retiré sur ses terres, où il mène depuis une existence paisible. Mais les Mongols ne sont pas encore partis que déjà les Teutons menacent le pays. La ville de Pskov est tombée sous leur joug. Alexandre Nevski n'accepte de reprendre le combat que si les pleins pouvoirs lui sont accordés. Nommé commandant en chef, Nevski galvanise le peuple et se prépare à la lutte contre l'envahisseur...

     

    LA CRITIQUE TV DE TELERAMA DU 31/03/2007

    On aime passionnément Film de Sergueï Mikhaïlovitch Eisenstein (URSS, 1938). Scénario : S. M. Eisenstein et Piotr A. Pavlenko. Image : Edouard Tisse. Musique : Prokofiev. 120 mn. NB. VO. Avec Nikolaï Tcherkassov : Alexandre Nevski. Nikolaï Okhlopkov : Vassili Bouslaï. Alexandre L. Abrikossov : Gavrilo. Dmitri Orlov : Ignat. Varvara Massalitinova : Amelfa. Genre : épopée populaire. En 1938, les relations entre l'Union soviétique et l'Allemagne nazie étaient tendues. Eisenstein fut chargé d'exalter, dans un film, le sentiment national à travers un héros très populaire qui, au XIIIe siècle, avait libéré la Russie des chevaliers Teutoniques et des Mongols. C'est le combat contre l'adversaire allemand qui constitue le sujet d'Alexandre Nevski, la situation au Moyen Age étant clairement assimilée à la situation contemporaine. Certains événements de la période 1941-1944 se trouvent même préfigurés, et l'acteur Tcherkassov, qui sera le tsar Ivan le Terrible, évoque Staline, guide et sauveur. Alexandre Nevski est une oeuvre de propagande où la lutte du Bien (le chef russe et son peuple) et du Mal (les Teutons) est traitée de façon manichéenne. Le film bouleverse moins par ce qu'il veut exprimer idéologiquement que par la beauté d'une mise en scène composant, sur les éléments musicaux de Prokofiev, une grande symphonie visuelle. La perfection plastique et sonore, particulièrement dans la longue séquence de la bataille sur le lac gelé, rappelle l'art d'Eisenstein, le fait admirer, même si l'on préfère à celui-là d'autres films du cinéaste. Jacques Siclier

    Jacques Siclier

     

     

     


  • Nos séances de cinémaDescription : Superbe film musical et costumé inspiré des contes populaires russes.
    II était une fois une gentille jeune fille du nom de Nastia. Elle avait le cœur aussi bon que sa belle-mère l’avait méchant. Cette dernière l’obligeait à trimer du matin au soir. Finalement, elle voulut s’en débarrasser une fois pour toutes, ce pour quoi elle l’envoya en plein hiver au cœur de la forêt, sûre et certaine que la malheureuse y mourrait de faim et de froid. Non loin de là, vivait un jeune gars du nom d’Ivan. Il conçut un amour tendre pour notre Nastia, mais c’était un fieffé vantard et ceci lui valut d’être changé en ours par un esprit de la forêt. C’est dire que Nastia et Ivan eurent à passer par de multiples épreuves avant de pouvoir se retrouver. En quoi les aida le Père Frimas, un magicien au cœur généreux...
       La maîtrise avec laquelle Alexandre Row met en scène ce film-conte - un genre dont il est le créateur - est universellement reconnue. Steven Spielberg en personne lui tire son chapeau.
    Récompenses : Lion d’Or de Saint Marc au Festival du film pour l’enfance et la jeunesse de Venise 1965.

     

    Et pour ceux qui l'auraient raté :

    Voir film





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique