• Synopsis

    Sadko est beau et il est pauvre: il est de Novgorod, il aime la plus belle des jeunes filles de la ville. Il veut pour elle faire des prouesses. Mais il se heurte à l’hostilité des riches marchands qui voient un fauteur de troubles en ce jeune musicien, dont la grâce semble envoûter le peuple. Un soir que, solitaire au bord du fleuve, il rêve à sa bien-aimée en jouant de la harpe, il séduit la fille du roi des mers : elle lui promet sa protection secrète et merveilleuse.Il pourra pêcher des poissons d'or.Il défie alors les marchands qui veulent sa tête : s’il pêche le poisson d’or, ils devront lui remettre leur fortune ; s’il échoue, ils auront sa tête. En même temps, il s’assure l’alliance des hommes du peuple les plus forts et les plus généreux.La pêche est miraculeuse, Sadko triomphe, mais il gaspille ses richesses et perd la confiance des siens. C’est alors qu’un nouveau prodige le sauve : dans sa barque, trois poissons se métamorphosent en objets précieux. Il lui reste encore une prouesse à accomplir: il étreint sa fiancée qui lui promet fidélité, et il s'en va, sur la Volga, puis sur les mers, en quête de l'oiseau du bonheur. Il triomphe de toutes les épreuves, que ce soient les dangers de la confrontation brutale avec les barbares, ou les pièges tendus par la perfidie voluptueuse des Orientaux. Lorsqu' enfin il découvre l'oiseau du bonheur, dangereuse sirène un peu flétrie, séquestrée dans une tour par le roi cupide qui la possède, il a la révélation du secret en quête duquel il a couru le vaste monde : le bonheur est parmi les siens, sur la terre de Russie. Une dernière épreuve l’attend : pour sauver son équipage de la tempête, il rejoint le fond des mers, où il obtient la bienveillance du couple royal, d’une bourgeoise bonhomie à condition d’épouser la fée des mers, naguère sa protectrice: dans un acte suprême de générosité, celle-ci, comprenant que Sadko ne l’aimera jamais, renonce à son amour et le libère de sa prison liquide ! Sur un hippocampe, il rentre à Novgorod, où le bonheur l’attend.

     

    SAmedi 16 Décembre à 15h : SADKO

     

    .


  • SAMEDI 3 MARS Les Montagnes Bleues

    Un jeune romancier hante la maison d’édition dans laquelle il espère faire publier son roman Les montagnes bleues. Plein d’une juvénile ardeur, il distribue son manuscrit à tout le personnel du comité de lecture : il reçoit un accueil favorable, tous s’empruntent le manuscrit, dont le nombre d’exemplaires est insuffisant, pour le lire le soir même. Mais constamment entravés dans leur « méditation littéraire » par les multiples problèmes matériels qui retardent leur travail, les employés ne lisent rien et recréent dans leurs bureaux un univers rassurant où leurs petites occupations personnelles envahissent le temps du travail. Le directeur général fait face à tous les problèmes, d’intendance, d’édition et de repas d’affaires avec un imperturbable sang-froid, et une inefficacité qui semble justifier l’incompétence générale. Le jeune écrivain erre toujours dans les couloirs, en quête d’un avis sur son œuvre, que personne n’a lue, que tous ont perdue, et d’une décision du comité de lecture qui, enfin réuni, ne parvient qu’à approuver le titre, et s’en remet, pour le contenu, à une improbable instance supérieure. La situation matérielle s’aggrave, l’immeuble, dont les murs sont attaqués à la fois par le terrain de motoball voisin qui les ébranle, et par la construction d’un métro qui ruine leurs fondations, s’effondre au moment où un cortège d’invités de marque vient boire et danser avec l’élite intellectuelle du pays ! Tous se sauvent sous les gravats, éperdus, mais liés enfin par une solidarité, que le seul instinct de conservation mobilise…

     


  • Le Père du soldat : L'absurdité de la guerre pour l'homme qui travaille et crée de ses mains est ici épinglée à l'exemple d'un vieux vigneron géorgien. Guéorgui Makharachvili s'est mis en route pour visiter son fils blessé, en traitement dans un hôpital lointain. Le trajet s'avère si long que lorsqu'il arrive, le fils rétabli a déjà rejoint son unité. Mais Guéorgui n'entend pas retourner au pays pendant que d'autres font la guerre. Et ce civil par excellence se mêle aux troupes soviétiques à l'offensive pour les accompagner dans la marche victorieuse qui s'achèvera à Berlin.

    Poster Le Père du soldat 404876 

     

     

      Le Père du soldat : image 453274  Le Père du soldat : image 453615  Le Père du soldat : image 453614  Le Père du soldat : image 453613  Le Père du soldat : image 453612  Le Père du soldat : image 453286  Le Père du soldat : image 453285  Le Père du soldat : image 453279  Le Père du soldat : image 453278  Le Père du soldat : image 453277  Le Père du soldat : image 453276  Le Père du soldat : image 453275

     





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique